Le logement, enjeu de luttes ? (Montreuil)

Affiche atelier logement – décembre 2016 (photo Clément Picot Ngo)

 

Programme de l’atelier
Le logement, enjeu de luttes – Regards croisés Montreuil/Saint-Denis

Table 1 – 16h-18h
Marie-Claude Blanc-Chaléard (Professeure émérite d’histoire – Université Paris-Ouest Nanterre-La Défense) : le logement des immigré.e.s et ses luttes : mise en perspective historique.
Collectif Asphalte (soutien aux familles roms expulsées en juillet, Montreuil) : présentation du collectif et récit par les personnes expulsées.
Mathilde Costil (docteure en géopolitique, IFG, Université de Rouen) : pouvoirs publics et logements précaires, le cas de Saint-Denis.

Table 2 – 18h-20h
Collectif Baras (Montreuil/Bagnolet) : la lutte du collectif pour la régularisation et le logement.
Anne Clerval (Maîtresse de conférences en géographie, université Paris-Est Marne-la-Vallée) : gentrification et politiques publiques à Paris et extension du phénomène en petite couronne.
L’Attiéké (centre social autogéré, Saint-Denis) en attente de confirmation

Conclusion
Apéro

Le logement, enjeu de luttes ?
Pour la première séance francilienne, nous avons souhaité aborder les luttes autour du logement, et en particulier du (mal) logement des immigré.e.s, en Seine-Saint-Denis.
Les villes Montreuil et Saint-Denis, lieux historiques d’installation pour des immigré.e.s de différentes origines, sont aujourd’hui marquées par des politiques de logement et des processus de transformation urbaine qui ont des effets concrets sur l’habitat des migrant.e.s, et des classes populaires plus généralement : d’une part, les politiques de « nettoyage » de la ville, la gentrification, les plans urbanistiques fonctionnels à destination des classes aisées ; d’autre part, les squats, les bidonvilles, l’habitat dit « insalubre », de plus en plus expulsés et voués à la destruction afin de substituer leurs habitant.e.s.
En même temps, de nombreuses luttes sur le logement traversent ces espaces urbains. Elles sont menées par les habitant.e.s immigré.e.s, qui dénoncent les conditions d’habitat pénibles auxquelles ils et elles sont obligé.e.s, mais aussi la répression policière et politique envers les formes de réappropriation de la ville et des lieux de vie mises en place par ces dernier.e.s.
Ainsi, les luttes sur le logement témoignent à la fois des conséquences matérielles du racisme et des discriminations, institutionnelles ou pas, dans l’accès au logement des populations immigrées, et des résistances et des revendications que ces dernières opposent aux dynamiques de précarisation et d’exclusion.
Cette séance sera donc dédiée à la mise en visibilité de ces luttes et à la circulation de savoirs et pratiques entre chercheurs-ses, associations et collectifs militants, mais aussi entre des contextes urbains différents tels ceux de Montreuil et Saint Denis.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.