Peut-on parler de racisme institutionnel en France ? (Rennes)

Peut-on parler de racisme institutionnel en France ?

Journée de rencontre entre des militant-e-s et des universitaires

SAMEDI 18 MARS, RENNES
Maison de Quartier La Touche
6 Rue Cardinal Paul Gouyon à Rennes, Métro Anatole France

A l’initiative de :
– l’Atelier itinérant « Luttes de l’immigration, luttes antiracistes » (LiLar),
– la Coordination régionale Bretagne – Normandie – Pays-de-Loire solidaire des personnes immigrées
– et la caravane régionale pour la liberté de circulation et d’installation
(15 décembre 2016 – 18 mars 2017)

9 h 30 : accueil, café, introduction

10 h – 11 h (interventions + débat) : La médecine et la santé
Réseau Louis Guilloux de Rennes, association, « L’accès aux soins pour les migrants primo-arrivants » et Anne-Cécile Hoyez de Rennes, géographe, « L’accès aux soins des migrants en France »

11 h 15 – 12 h 15 (interventions + débat) : Le logement et l’hébergement
Un Toit c’est Un Droit, association, « La lutte pour le logement à Rennes » et Céline Bergeon de Poitiers, géographe, « Le squat comme lieu de vie et comme ressource »

REPAS COLLECTIF = 12 h 30 – 14 h 00

14 h – 15 h (interventions + débat) : La religion et les médias
Al Houda de Rennes, association, « La lutte pour les femmes musulmanes » et Thomas Vetier de Rennes, sociolinguiste, « Le traitement médiatique des mineurs isolés étrangers »

15 h 15 – 16 h 15 (interventions + débat) : Les associations et le parcours d’intégration
CARPES et CSPSP de Rennes, association/collectif, « Les rapports entre migrant-e-s et soutiens » et Camille Gourdeau de Caen, sociologue, « Le contrat d’accueil et d’intégration »

16 h 30 – 17 h 30 : Place et parole à la diversité des formes de solidarité

Ce temps sera réservé à toutes les formes de solidarité, matérielle ou non, qui existent localement contre le racisme ou en faveur des sans-papiers, migrant.e.s, racisé.e.s. Toutes les structures (collectifs, organisations, réseaux…) sont donc invitées à présenter leur travail et à réagir à la question commune de la journée.

D’autres institutions seront alors peut-être évoquées, notamment la police.

Chaque structure disposera de 5 à 10 minutes en fonction du nombre de structures qui souhaiteront se présenter (elles seront répertoriées à 14 h). Chaque structure qui le souhaite a aussi la possibilité de tenir une table toute la journée.

17 h 45 – 18 h 30 : Un peu d’utopie collective !
Ce serait quoi un monde de libre circulation et installation ?

Débat puis apéritif…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.