Appel à communications (2015)

Le colloque sera organisé autour de quatre grandes thématiques, qui croiseront les regards entre savoirs produits dans les luttes et savoirs académiques.

Nous souhaiterions ainsi ne pas cliver « témoignages » et « analyses », mais être attentifs à la façon dont les différents savoirs et les différentes positions s’affectent, se croisent, s’entrechoquent ou se fécondent réciproquement, empruntent à l’un ou l’autre champ des ressources ou des motifs, produisant des postures hybrides (recherche impliquée, engagée, militants-chercheurs…).

Thématique 1 : Objets et catégories

Toute mobilisation tend à se structurer à travers un objet et un adversaire de référence. Dans les luttes de l’immigration et antiracistes, quels sont-ils ? Quelle terminologie est mobilisée : racisme, racismes, islamophobie, négrophobie, anti-tsiganisme, etc. ? Au moment de dénoncer ou de revendiquer, vise-t-on une institution particulière (par exemple, la préfecture), l’État, les institutions en général ? Ou, plus largement, un mode de production (par exemple, le capitalisme colonial mondialisé), une organisation sociale, un système de valeurs ? Mais toute mobilisation tend aussi à se structurer en faisant appel à une « catégorie » ou à un « groupe ». Dans les luttes concrètes, quels sont les noms que l’on se donne ? Qui cherche-t-on à fédérer et à mobiliser ? Les immigré-e-s et/ou les personnes victimes du racisme et d’éventuels « soutiens » ? Les seul-e-s  immigré-e-s et/ou les personnes victimes du racisme ? Les personnes victimes du racisme en général ou une partie d’entre-elles (par exemple les « Noir-e-s ») ? Et à quelle échelle territoriale : en « Occident », dans le pays, dans une région, dans une ville, etc. ?

De même, dans l’espace des mobilisations collectives, les luttes de l’immigration et antiracistes ne représentent pas un secteur isolé. Certaines mobilisations ne peuvent pas être seulement définies comme antiracistes : c’est le cas des groupes qui luttent simultanément contre plusieurs formes d’oppression sociale. Ces luttes dénoncent l’injonction qui est faite aux individus et aux groupes multiplement marginalisés de cliver leur énergie politique entre des projets parfois pensés comme antagonistes (lutte contre le racisme et lutte contre le sexisme par exemple). Le racisme ne s’actualise pas de la même manière en fonction du sexe, de la classe, de la génération ou de l’orientation sexuelle : comment les luttes antiracistes font-elles face à la diversité de ces situations ? On interrogera ici l’expérience de ces groupes pour qui luttes de l’immigration et antiracistes sont indissociables, dans le discours comme dans la pratique, des luttes contre le sexisme, l’homophobie, la précarité ou des luttes de classe.

Thématique 2 : Savoirs et ressources

D’une part, les luttes sont génératrices de savoirs, partie intégrante de l’action et du pouvoir d’agir, qui relèvent aussi bien de « savoirs assujettis » relatifs aux rapports de domination que d’expertise militante quant au savoir-faire d’organisation et d’action. Il s’agit donc ici d’interroger les « savoirs d’expérience », autrement dit les savoirs et savoir-faire qui sont produits par l’expérience directe du racisme, de l’immigration ou encore par l’expérience militante. Comment ces savoirs se construisent, circulent, se transmettent, sont mobilisés ? Comment produisent-ils de la « conscientisation » collective et de l’identification ? Quels sont alors les ressorts de la mobilisation : un « ras-le-bol » et sa mise en mots en tant que « premiers concernés » et/ou une position morale et politique et/ou des valeurs générales comme celle d’égalité ? Dans quelle mesure – et de quelle manière – les connaissances issues de la recherche servent-elles (ou non) ces luttes, de quelles réappropriations et circulations sont-elles le cas échéant l’objet ?

D’autre part, nombre de chercheur-e-s en sciences sociales ont fait de ces mobilisations leur terrain d’enquête et ont importé dans le champ académique des innovations conceptuelles issues des luttes. D’autres chercheurs, impliqués ou engagés, conduisent leurs recherches dans la participation à l’action. Ce sont donc aussi les effets des luttes sur les savoirs académiques qu’il s’agit de retracer et de ne pas occulter. En effet, les interactions entre recherche et action militantesont nombreuses, complexes, et ne peuvent être envisagées de manière dualiste. Si certains savoirs académiques sont  réappropriés dans des espaces militants, l’interaction entre savoirs et actions ne peut être réduite à la fiction d’un « monde de la recherche » éclairant le « monde militant ». Quelles alliances se nouent, le cas échéant, entre recherche sur et pratique dans les luttes ? Quels dispositifs, postures ou pratiques hybrides se créent, déplaçant ou transformant – et comment ? – les frontières entre recherche et action, entre science et politique ?

Thématique 3 : Stratégies d’organisation

Dans les mobilisations de l’immigration et contre le racisme, les associations jouent un rôle clé. Plusieurs associations nationales historiques (la Cimade, le MRAP…) interviennent de longue date dans la défense du droit des étrangers et contre le racisme. Le champ associatif s’est élargi dans les années 1980, notamment avec les Marches et l’autorisation pour les étrangers de former des associations. Dans quelle mesure cette diversification des acteurs a-t-elle modifié les moyens et les stratégies des luttes ? Quels sont les ressorts stratégiques et les supports pratiques des mobilisations collectives : occupations de l’espace public, usages du droit, pratiques artistiques, construction de mémoire, usage des médias, lobbying, représentation politique… ?

Par ailleurs, ces luttes ne s’organisent pas seulement en associations instituées, mais aussi en réseaux, en collectifs ou encore en partis politiques. Cette hétérogénéité des formes organisationnelles et institutionnelles des luttes de l’immigration et contre le racisme laisse penser que les revendications, les aspirations des personnes qui s’y engagent, leur rapport au champ politique institutionnel et aux pouvoirs publics sont divers. Qu’en est-il ? Quelles sont les positions prises par rapport aux partis, syndicats, autres mouvements… ?

Les luttes sociales s’incarnent aussi dans des formes d’action culturelle variées, occupant différentes scènes de la représentation publique et différents vecteurs de diffusion, de mobilisation ou de contestation. Certaines empruntent les codes et les scènes de l’action artistique (théâtre, musique, danse…) ; d’autres prennent la forme de médias, notamment communautaires (radios, journaux…) ; d’autres encore choisissent les logiques de l’éducation populaire, de la formation ou de l’action-recherche, dans un souci de démocratisation de la production des savoirs et de réappropriation de l’espace intellectuel, avec la création de collectifs élargis et pluridisciplinaires associant chercheurs, professionnels de l’intervention sociale, habitants, héritiers des classes ouvrières et descendants d’immigrés… Quels sont à la fois les usages et les critiques qui sont faits de ces différents modes d’action ? Quels sont les effets de ces formes de mobilisation ? Dans quelle mesure ces formes et ces vecteurs permettent-ils l’extension et la diffusion de la lutte et de ses enjeux à d’autres sphères de publics, et notamment des publics non militants ?

Thématique 4 : Horizons politiques

L’action collective s’élabore et se construit généralement autour d’un horizon politique plus ou moins explicite qui constitue le vecteur de la mobilisation. Ce sont ici les horizons ou utopies politiques des luttes de l’immigration et antiracistes qui seront interrogés. Ces luttes, dans leur diversité, tendent-elles vers un horizon commun ou relèvent-elles au contraire de différents objectifs en termes de société à faire advenir ? A cet égard, l’histoire des luttes antiracistes semble avoir été marquée par la dichotomie entre abolition des rapports sociaux de race et différentialisme ethnico-racial.

De la même façon, l’histoire des luttes de l’immigration et pour les droits des étranger-es renvoie autant à la demande d’un statut juridique plus protecteur « toutes choses égales par ailleurs », qu’à la remise en cause de la légitimité même des Etats-nations et de leurs frontières via la revendication de liberté de circulation et d’installation. Les luttes tendent-elles vers une abolition des différenciations, des hiérarchisations ou des frontières, ou envisagent-elles le maintien et la revendication de « différences » en travaillant à une répartition plus égalitaire du pouvoir détenu par les différents groupes sociaux ? Il s’agit en outre d’interroger l’impact qu’ont ces différents horizons politiques sur les formes de la lutte. La perspective d’une abolition des rapports de race, par exemple, peut sembler en contradiction avec la mobilisation des catégories raciales dans la lutte. Que fait-on concrètement de ces catégories ?

Par ailleurs, l’idée de lutte implique la conflictualité, et au-delà, elle s’inscrit dans une référence au moins métaphorique à la « guerre » (Foucault, 1997). Face à un discours du pouvoir qui se targue de représenter le consensus et produire de la pacification, comment les luttes se positionnent-elles : visent-elles la « victoire » d’un camp ? le renversement d’un ordre social (raciste, patriarcal…) ? Une société « nouvelle » abolissant les rapports sociaux ? Ou l’amélioration des conditions de vie ici et maintenant ? Quelles sont de ce point de vue les finalités sociales à partir desquelles les luttes s’organisent ? Et comment – par quels chemins, de quelle manière, à quelles conditions – imagine-t-on le cas échéant passer de la « guerre » à une nouvelle forme de paix ou de concorde ? Si les théories marxiennes de « l’avant-garde » ne sont plus nécessairement les références majeures, quels rôles se donnent celles et ceux qui luttent au regard de l’horizon politique visé ? On peut ici aussi interroger l’horizon des luttes qui apparaissent au premier abord plus circonscrites (par exemple les mobilisations autour du contrôle au faciès) et qui pourraient relever d’un horizon politique tacite, ou qui s’articulent à des valeurs générales (l’égalité) dont l’actualisation est recherchée. Y a-t-il de telles montées en généralité ? Et/ou comment s’articulent les causes, au profit de quelles conceptions du commun ?


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.